18/12/2010

OPEN

André.jpgIl me reste une trentaine de pages mais je n'ai pas envie de finir ce bouquin ! 

Quand on le lit c'est comme si on passait un bon moment avec un pote.

André à nu, qui révèle enfin son terrible secret tennistique.

Un pauvre type qui a tant donné, et donne encore.

Une légende qui a flashé sur Stéphanie, la meilleure joueuse de tous les temps... après son divorce avec Brooke Shields.

Un livre : deux mots : et dans le sien les deux premiers sont : "La fin".

C'est con mais je n'ai pas envie de le terminer parce que j'ai l'impression qu'on se fréquente et que ça va s'arrêter. 

Extrait, page 51 :"Par exemple, il se fourre souvent le pouce et l'index dans les narines et, se raidissant contre la douleur qui lui fait venir les larmes au yeux, il s'arrache une grosse touffe de poils noirs.  Voilà comment il se traite lui-même.  Ou alors, il se rase sans employer ni savon, ni crème à raser.  Il se contente de frotter un rasoir jetable, à sec, sur ses joues et sa mâchoire, en s'écorchant la peau.  Puis il laisse le sang tomber de son visage goutte après goute, jusqu'à ce qu'il sèche.  Quand il est stressé ou distrait, mon père regarde le ciel en murmurant : "je t'aime, Margaret."  Un jour j'ai demandé à ma mère : "à qui papa parle-t-il ?  Qui est Margaret ?

Si vous cherchez une biographie à mettre sous le sapin... je vous recommande ouvertement Open !

Le Kid de Las Vegas 

17:04 Écrit par StéDJ | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.